Un outil pour mieux cerner les compléments alimentaires

Un outil pour mieux cerner les compléments alimentaires

Sur le marché européen, on décompte pas moins de 1 700 ingrédients actifs (plantes, vitamines, acides aminés etc.) pouvant être proposés en compléments alimentaires, seuls ou en formulation. Une diversité qui rend très complexes les recommandations thérapeutiques. D’où le travail réalisé par la startup Altcare, créée il y a un an, pour proposer aux professionnels prescripteurs un outil agrégeant toutes les données scientifiques sur les actifs du marché, pour les aider à recommander tel ou tel complément alimentaire en se basant sur des allégations vérifiées.

Il s’agit donc avant tout de sécuriser le professionnel qui dispose de données à jour, et qui au delà des indications thérapeutiques principales (et de la solidité des preuves d’efficacité) est alerté des interactions potentielles (négatives ou positives), contre-indications et éventuels effets secondaires. Il s’agit ensuite de l’aider à identifier le ou les produits commerciaux adaptés.

La plateforme Biocurae accueille pour cela les informations sur les produits des laboratoires producteurs (qui paient pour apparaître sur la plateforme, alors que l’accès est gratuit pour les prescripteurs). Avec les données sur les compositions (actifs, concentration, mélanges), analysées par la plateforme, il est donc possible de faciliter la sélection des produits commerciaux. La création de cette communauté professionnelle est la première vocation de la plateforme Biocurae qui est donc lancée avec une première version depuis quelques semaines. 200 principes actifs, les plus courants (80 % du marché) sont déjà répertoriés et renseignés au plan scientifique. Côté laboratoire, Altcare a mobilisé au départ 4 premiers acteurs et vise très vite la dizaine de fabricants pour couvrir environ 500 produits. Tout un travail est enfin engagé côté thérapeutes pour les engager à utiliser l’outil aujourd’hui opérationnel.

Par la suite, Imen Touati, co-fondatrice, imagine bien d’autres développements. Car la plateforme pourra être une structure de partage de connaissance, y compris pour les laboratoires. Et d’autres usagers, professionnels de la distribution ou particuliers, pourront en profiter. « Les informations pourront être une aide au parcours d’achat, soit par l’intermédiaire d’un vendeur, soit directement via une borne d’information »,

imagine Imen Touati, qui précise cependant que le niveau d’information devra pour tout cela être adapté. Avec pourquoi pas à terme un processus de scan des produits pour disposer des recommandations : un « yuka » des compléments alimentaires, en quelques sortes.

https://lib.umso.co/lib_RzdOkusXpptyrkcU/5y2mgcpscyqdflar.pdf

Afin de vous proposer le meilleur service possible, BioCurae® utilise des cookies. En cliquant sur le bouton ci après, vous déclarez accepter notre politique de cookies et leur utilisation.